Luttes sociales

Retraites : grève et manifestations mardi 10 décembre

La mobilisation continue contre le projet du gouvernement

Manuel Marchal / 7 décembre 2019

Lors de la conclusion du défilé de jeudi à Saint-Denis, le représentant de l’Intersyndicale avait indiqué que la suite du mouvement sera fonction de la décision de l’Intersyndicale de France. Cette dernière a acté une suite de la mobilisation mardi, avec un appel à la grève générale et à des manifestations. L’Intersyndicale de La Réunion a choisi d’aller dans ce sens, avec des défilés prévus mardi 10 décembre à Saint-Denis et à Saint-Pierre.

JPEG - 121.5 ko

La mobilisation du 5 décembre a montré au gouvernement la résistance des travailleurs à son projet de remise en cause du droit à une retraite décente. En France, la CGT estime que plus de 1,5 million de personnes ont manifesté dans 250 cortèges. A La Réunion, les deux défilés ont rassemblé plusieurs milliers de manifestants à Saint-Denis et à Saint-Pierre.
Le succès de la mobilisation a également rappelé que les syndicats restent un élément essentiel de la lutte pour le progrès social, malgré les attaques sans précédent visant ces organisations par ce gouvernement. En effet, les « Ordonnances Macron » accentuent les mesures prises par le précédent gouvernement dans les lois « El Khomri » et « Macron ».

Echec de la désinformation du gouvernement

Ce succès montre également l’échec de la campagne de communication du gouvernement. Paris voulait présenter le mouvement du 5 décembre comme une grève corporatiste destinée à protéger les régimes spéciaux. Cette campagne de désinformation a eu un écho à La Réunion, où un média très connu a mis en ligne un sondage pour ou contre les régimes spéciaux. Comme l’a rappelé Ivan Hoareau lors de la prise de parole de l’Intersyndicale devant la préfecture au terme du défilé de Saint-Denis jeudi, ce que le pouvoir nomme « régime spéciaux » sont en réalité des conventions collectives obtenues par la lutte, tout comme le droit à la retraite. Ce qui montre la réelle intention du gouvernement : niveler les retraites par le bas afin d’obliger les travailleurs à se tourner vers des fonds de pension pour compléter le montant insuffisant qu’accordera le régime général. Le système par point est en effet un moyen de baisser les pensions, comme l’indiquait déjà François Fillon en 2016. Rappelons que François Fillon est l’auteur d’un projet de loi dans le domaine de retraites sous la présidence de Nicolas Sarkozy. La « loi Fillon » a déjà porté un rude coup au droit à une retraite digne, les propos de l’ancien Premier ministre sont donc parole d’expert dans ce domaine.

Mardi nouveau temps fort

Vendredi matin en France, une réunion intersyndicale a réuni la CGT, FO, la FSU, Solidaires, l’UNL, MNL, l’UNEF et, pour la première, fois la CFE-CGC, explique la CGT. « A l’exception de la CFE-CGC qui doit consulter ses instances dirigeantes, l’intersyndicale a décidé d’une nouvelle journée d’action, de mobilisation et de grève le 10 décembre prochain », en attendant, l’Intersyndicale est solidaire des mouvements de grève et de manifestations décidés par des assemblées générales locales contre le projet du gouvernement.
Réunie hier après midi, l’Intersyndicale de La Réunion a décidé également d’appeler à la grève et à la manifestation mardi. En attendant le 10 décembre, plusieurs actions auront lieu.
C’est ainsi que dès hier, le lycée de Roche-Maigre à Saint-Louis était bloqué par des manifestants. Lundi, plusieurs écoles élémentaires seront fermées à La Possession, où le taux d’intention de grève dans ces établissements dépasse 80 %, et à Saint-Paul. Cette liste est sans doute loin d’être exhaustive.
A La Réunion, les conséquences du projet du gouvernement seront encore plus importantes qu’en France. En effet, avec un taux de chômage proche de 30 %, et plus de la moitié des jeunes ayant quitté l’école au chômage, il est clair que ces personnes ne pourront jamais avoir droit à une retraite décente et seront donc condamnée à un revenu minimum à vie. Pour le PCR, c’est là que se situe l’essentiel du débat, afin que tous les travailleurs puissent avoir droit à une retraite digne.

M.M.