Luttes sociales

Retraites : le mouvement s’élargit et s’amplifie

Conférence de presse de l’Intersyndicale

Manuel Marchal / 14 décembre 2019

L’intersyndicale tenait hier une conférence de presse au sujet notamment de la mobilisation du 17 décembre pour le droit à une retraite décente pour tous et donc contre le projet du gouvernement. Le mouvement s’élargit avec l’annonce par l’UNSA hier de sa participation à la manifestation de mardi. La CFDT qui jusqu’alors ne s’opposait pas au projet de loi pourrait revoir sa position. L’UNEF ainsi que les lycéens seront aussi présents.

JPEG - 86.4 ko

L’Intersyndicale CGTR, CFTC, CGE-CGC, FSU, FO, SAIPER, Solidaires a tiré les enseignements de la présentation du projet de loi sur les retraites par le Premier ministre mercredi, et annoncé une grande mobilisation mardi 17 novembre, ponctuée par deux défilés à Saint-Denis et à Saint-Pierre.
Les mesures annoncées par le chef du gouvernement n’ont fait que renforcer la détermination des syndicats à amplifier le combat pour le retrait définitif du projet de loi.

Ils battent en brèche les arguments de Paris. En effet, rappelle Pierrick Olivier (CGTR-Trésor public), le déficit de la Sécurité sociale a été organisé. Il résulte des exonérations massives de cotisations sociales accordées aux entreprises, ainsi que des suppressions de poste dans la fonction publique. 150.000 postes de fonctionnaires ont été supprimés, c’est autant de cotisants en moins.
Le gel des salaires a aussi pour effet un gel des recettes obtenues par les cotisations.

Défilés à Saint-Pierre et à Saint-Denis

Mercredi, le chef du gouvernement a annoncé que le nouveau système ne s’appliquerait désormais aux personnes nées après 1975, au lieu de 1963. Pour l’Intersyndicale, « c’est prendre les gens pour des imbéciles ». En effet, cela ne change rien et c’est une manœuvre grossière du gouvernement pour tenter de diviser le mouvement.

Mardi prochain, le défilé de Saint-Denis partira du Petit-Marché pour se rendre à la Préfecture en passant par la rue du Maréchal Leclerc et la rue de Paris. A Saint-Pierre, entre la Mairie et la sous-préfecture, une prise de parole est prévue devant Pôle emploi. Max Banon (CGTR-Sud) explique qu’il est essentiel que les chômeurs et les jeunes prennent conscience de l’importance du combat.
La manifestation de mercredi au Tampon a déjà vu une importante participation de lycéens. « Les jeunes demandent des explications sur la réforme, ils ont déjà une conscience politique », souligne Pierrick Olivier.

Les défilés de mardi seront marqués par un élargissement du mouvement. L’UNEF sera présente. Par ailleurs, dans un communiqué diffusé hier, l’UNSA a annoncé son entrée dans le mouvement par sa participation au défilé de mardi à Saint-Denis. La CFDT qui jusqu’alors ne s’opposait pas au projet de loi pourrait revoir sa position.

Premiers reculs du gouvernement

Enfin, l’Intersyndicale constate que pour tenter de faire passer son projet, le gouvernement a déjà fait une croix sur ce qui était l’argument de base : un régime universel où le même niveau de cotisation donnerait droit à un même niveau de pension. Les policiers ont réussi à ouvrir une brèche grâce à la lutte. Jugeant le mouvement corporatiste alors que les soi-disant régimes spéciaux ne représentent que 3 % du total des pensions, le gouvernement se tourne lui-même vers les corporations pour essayer d’affaiblir le mouvement.

Ceci motive l’Intersyndicale à accentuer la mobilisation pour que le gouvernement retire définitivement un projet de loi qui inscrirait dans le marbre une inégalité : une retraite décente ne serait plus un droit pour tout le monde.

M.M.