Témoignages - Journal fondé le 5 mai 1944
par le Dr Raymond Vergès

Accueil > Social > Luttes sociales

Réunionnais solidaires des Guadeloupéens et des Martiniquais en lutte

Succès du rassemblement à Saint-Denis

lundi 29 novembre 2021, par Manuel Marchal


A l’appel de la CGTR, FO, FSU, SOLIDAIRES, SAIPER-UDAS et ATTAC REUNION, de nombreuses personnes se sont rassemblées hier à Champ-Fleuri pour faire part de leur solidarité avec les travailleurs en grève générale en Guadeloupe et en Martinique. Ils ont rappelé l’opposition des syndicats à l’obligation vaccinale et au Pass sanitaire tout en soulignant que la crise sociale prend racine à cause du chômage, des bas-salaires, des contrats précaires, et de la vie chère. Une situation que connaît également La Réunion.


Les organisations CGTR, FO, FSU, SOLIDAIRES, SAIPER-UDAS et ATTAC REUNION ont organisé hier matin un rassemblement sur le parvis des Droits de l’Homme à Champ Fleuri (Saint-Denis). Les revendications étaient les suivantes :

- Soutien aux populations des pays d’outre-mer en lutte pour leurs revendications
- Contre la répression policière, seule réponse actuelle du gouvernement
- Pour la défense des libertés individuelles et syndicales
- Contre l’obligation vaccinale, le PASS Sanitaire et le chantage de l’emploi
- Contre la vie chère
- Pour l’augmentation générale des salaires, des retraites et des minima sociaux
- Pour le développement de l’emploi pérenne
- Pour la défense et le renforcement des services publics, notamment dans le secteur de la santé

La répression première réponse

De nombreuses personnes avaient répondu à l’appel. Le Parti communiste réunionnais était présent avec une délégation conduite par Maurice Gironcel, membre du secrétariat. Le PCR a en effet décidé de soutenir l’appel au rassemblement dès qu’il en a eu connaissance.

Les syndicalistes ont rappelé la solidarité de lutte entre les pays d’outre-mer. Ils ont fait part de leur opposition à l’obligation vaccinale et au Pass sanitaire. Mais ils ont aussi souligné que la grève générale en Guadeloupe et en Martinique rappelle que des revendications sont communes dans les départements d’outre-mer, notamment en termes de lutte contre les bas-salaire et la vie chère, et pour l’emploi.

Cette grève doit aussi beaucoup au gouvernement actuel qui a refusé tout dialogue pendant des mois, alors que rien que pour le CHU de Pointe-à-Pître, ce sont 700 agents sur 3.000 qui ont été mis à pied pour avoir refusé l’obligation vaccinale. C’est un véritable chantage à l’emploi, avec de graves conséquences pour les usagers de l’hôpital.
La première réaction du gouvernement a été la répression, ce qui a encore accentué la crise.

Face à la crise : rassemblement des syndicats

Avec plus de 40 % de la population sous le seuil de pauvreté, la situation sociale de La Réunion est encore plus grave qu’en Guadeloupe et en Martinique. Pour le moment, l’heure est à la solidarité avec les peuples en lutte, qui mènent une grève générale. Cette solidarité est unitaire, tout comme le sont les revendications de l’appel au rassemblement.
Cette mobilisation a donc permis de rappeler que face à la crise sociale, les syndicats se rassemblent pour se renforcer et faire avancer des revendications essentielles : le droit au respect des travailleurs, la lutte contre la vie chère, et pour des emplois durables, pour une augmentation des salaires, des retraites et des minima sociaux, et pour le défense des services publics-rempart contre les inégalités.

M.M.


Manifestation de solidarité à La Réunion avec les grèves générales aux Antilles.



Maurice Gironcel, représentant du PCR, avec des camarades de la CGTR dont le secrétaire général Jacques Bhugon.



Portfolio


Un message, un commentaire ?

signaler contenu


Facebook Twitter Linkedin Google plus