Luttes sociales

Ségrégation syndicale au Congrès Légumes de France

CGPER et UPNA pas invitées par l’ARMEFLHOR et la FDSEA

Témoignages.re / 20 novembre 2019

Grand rendez-vous de la filière légumière, le Congrès Légumes de France se tient cette semaine à La Réunion. Confiée à l’ARMEFLHOR et à la FDSEA, l’organisation de cet événement suscite d’importantes critiques de la part de la CGPER et de l’UPNA, qui dénoncent une « ségrégation syndicale ».

JPEG - 114 ko
Malgré le beau temps hier, peu de clients au marché forain du Port. Nous sommes le 8 janvier, beaucoup n’ont plus grand chose et décident de tourner le dos aux produits frais. Le cyclone a entrainé d’importants dégâts, mais quelle est l’indemnisation qui sera accordée aux pauvres qui subissent cette hausse des prix ? (photo L.B.)

« Ségrégation syndicale » : c’est en ces termes que l’UPNA et la CGPER dénoncent l’organisation par l’ARMEFLHOR et la FDSEA du Congrès Légumes de France qui se tient cette semaine à La Réunion.

Dans un communiqué commun aux deux syndicats, signé par Jean-Bernard Maratchia, président de la CGPER, et Jean-Bernard Gonthier, vice-président de l’UPNA, constatent que « l’organisation de cet événement n’a pas été confiée à la Chambre d’agriculture, organe représentatif de toute la profession, mais à un syndicat, la FDSEA, aux côtés de l’ARMEFLHOR, structure notamment financée par des collectivités, ainsi que par les professionnels de la filière, qu’ils soient membres de la FDSEA ou d’un autre syndicat.
Ce choix de confier l’organisation à la FDSEA pouvait faire craindre une dérive sectaire, ce qui s’est malheureusement vérifié.
Le 63e congrès Légumes de France a officiellement commencé lundi, et à ce jour, la CGPER et l’UPNA n’ont reçu aucune invitation. Ce sont donc les syndicats qui ont récolté la majorité des suffrages aux dernières élections de la Chambre d’agriculture qui sont interdits d’accès à cette grande manifestation. »

Les deux syndicats soulignent que « la voix de tous les professionnels de la filière légume doit être entendue, en particulier celle des indépendants qui ne sont pas intégrés dans les coopératives présidées par des membres de la FDSEA. De plus, voir l’ARMEFLHOR se prêter à une telle opération ne peut qu’interpeller. »
Conclusion : « L’UPNA et la CGPER dénoncent donc une grave atteinte à un des fondements de la démocratie, la non-invitation de nos syndicats à ce congrès est une ségrégation syndicale caractérisée. »

La CGPER a également alerté Serge Hoareau, vice-président du Département, et le préfet au sujet de cette discrimination.