Luttes sociales

« Seul un jeune sur quatre occupe un emploi »

Etude comparative de l’INSEE sur l’emploi dans les DOM

Témoignages.re / 5 juillet 2018

L’INSEE a croisé les résultats de l’enquête Emploi 2017 en France et dans les départements d’outre-mer. Ceci permet de comparer les différentes situations et de constater que « taux d’emploi, taux d’activité, taux de chômage et halo autour du chômage confirment la persistance d’écarts importants » avec la France. « La situation en Martinique est la moins défavorable, celles de La Réunion et de la Guadeloupe s’en différencient davantage, tandis que la Guyane et surtout Mayotte s’en écartent très sensiblement ».

JPEG - 88.7 ko

Sur l’ensemble des DOM, le taux d’activité est en net retrait. L’écart varie de plus de sept points pour la Martinique à plus de vingt points pour Mayotte.
La Martinique affiche le taux d’activité (65 %) le plus élevé des DOM. Ce département se caractérise par un taux d’activité des femmes élevé : inférieur de seulement trois points à celui de France, il est peu éloigné du taux d’activité des hommes de ce département. Assez proche de la Martinique, la Guadeloupe devance de peu La Réunion, pénalisée par un différentiel hommes-femmes prononcé. L’écart avec la France est le plus élevé en Guyane et à Mayotte, où à peine plus de la moitié de la population des 15 à 64 ans est active. Dans ces deux départements, la jeunesse de la population contribue à ces taux d’activité particulièrement faibles.

Moins de la moitié de la population des 15 à 64 ans en emploi, excepté en Martinique

Le taux d’emploi rapporte le nombre de personnes occupant un emploi à la population. Moins d’une personne sur deux âgée de 15 à 64 ans occupe un emploi dans les DOM contre deux sur trois en France. Même si les causes sont diverses, la rareté des offres d’emploi et le niveau de qualification insuffisant des postulants sur le marché du travail l’expliquent en partie .
L’accès à l’emploi est particulièrement difficile pour les jeunes sur l’ensemble des DOM, 35 % d’entre eux ne sont plus en études et n’ont pas d’emploi, soit deux fois plus qu’en France. Seul un jeune sur quatre occupe un emploi dans chacun des quatre DOM historiques (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion) et ce taux est encore plus faible à Mayotte (15 %). en France, 45 % des jeunes de 15 à 29 ans ont un emploi. Ce différentiel d’environ 20 points pour les jeunes est de même ampleur pour les 30 à 49 ans et se réduit pour les 50 ans ou plus.

Le chômage touche davantage les DOM

Le taux de chômage dans les DOM est deux à trois fois plus prononcé qu’en France. En Martinique, département ultra-marin où il est le moins élevé, il s’établit à 18 %, alors qu’il atteint 26 % à Mayotte. En Guadeloupe et à Mayotte, tout comme en France, le chômage est orienté à la baisse sur les trois dernières années. Il est stable dans les trois autres départements. Autre particularité domienne : à l’inverse de la France, le taux de chômage des femmes est systématiquement plus élevé que celui des hommes, sauf à La Réunion où il est identique.
Le chômage touche particulièrement les jeunes, avec une intensité d’autant plus forte lorsqu’ils sont peu diplômés. C’est particulièrement vrai en Guadeloupe et surtout à Mayotte où 43 % des jeunes actifs de 15 à 29 ans sont au chômage. Dans ce dernier département, la jeunesse de la population (deux personnes sur trois ont moins de 30 ans), conséquence du boom démographique, amène de nombreux candidats sur le marché du travail. En Guyane, le taux de chômage des jeunes est le plus faible des départements ultra-marins, mais cela est à mettre en regard avec l’importance des inactifs parmi les moins de 30 ans.

Le halo autour du chômage plus important et un peu plus féminisé qu’en France

Le halo autour du chômage comprend des inactifs qui ne sont pas au chômage au sens du BIT, mais dont la situation est proche de celle des chômeurs. En général, lorsque la part de personnes au chômage est élevée, celle appartenant au halo l’est aussi. en France, la population de ce halo est légèrement supérieure à la moitié de l’effectif des chômeurs et le halo comprend 57 % de femmes. Dans les DOM le halo est nettement plus important et la part des femmes y est plus marquée. En Guadeloupe, département ultra-marin où le halo est le plus contenu, il représente 72 % du nombre des chômeurs. Dans deux départements la population du halo dépasse celle des chômeurs : Mayotte (22 000 contre 17 000) et surtout en Guyane (28 000 contre 18 500). À Mayotte, les femmes constituent les deux tiers du halo, tandis que leur part est de 60 % dans les autres départements ultra-marins.

Source : INSEE