Luttes sociales

Sommet mondial de l’OIT : construisons un monde du travail meilleur après le COVID-19

Réponse internationale coordonnée contre le coronavirus

Témoignages.re / 18 juillet 2020

Des dirigeants du monde entier ont évoqué ensemble les différents moyens dont ils disposent pour s’assurer que le monde du travail d’après COVID-19 s’attaque bien aux différentes formes de vulnérabilité exposées au grand jour durant la pandémie, que ce soit au niveau de la protection sociale, de l’économie informelle, des inégalités ou du changement climatique.

JPEG - 79.7 ko

De nombreux chefs d’Etat et de gouvernement, ainsi que d’éminents représentants internationaux des organisations d’employeurs et de travailleurs, ont participé pendant trois jours à cet événement mondial, qui s’est tenu de manière virtuelle entre le 7 et le 9 juillet. Il s’agissait du rassemblement virtuel le plus important jamais organisé à ce jour réunissant des travailleurs, des employeurs et des gouvernements, complété par une série d’interventions des dirigeants de l’ONU, de l’OMS, du FMI, de l’OMC et de l’OCDE.

Tout est lié

A cette occasion, le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a déclaré : « Ce sommet mondial constitue une occasion pour les représentants des gouvernements, des travailleurs et des employeurs de formuler des réponses efficaces. » Selon lui, la reprise économique « n’est pas de faire un choix entre la santé d’une part ou l’emploi et l’économie d’autre part. Tout cela est lié. Soit nous gagnerons sur tous les fronts, soit nous perdrons sur tous les fronts », a-t-il déclaré.

« Nous disposons déjà de bases solides pour agir et trouver des solutions : la Déclaration du centenaire de l’OIT, le Programme de développement durable 2030 et l’objectif 8 des ODD portant sur le travail décent et la croissance économique . Tous ensemble, nous pouvons sortir plus forts de cette crise, avec des emplois décents et un avenir plus prometteur, plus égalitaire et plus écologique », a ajouté le Secrétaire général.

« Nos systèmes, nos emplois, nos moyens de subsistance ainsi que nos économies sont interdépendantes », a affirmé pour sa part le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « L’OMS appelle les gouvernements, ainsi que les organisations d’employeurs et de travailleurs du secteur de la santé, à mettre en place au niveau national des programmes solides et durables de santé et de sécurité au travail destinés au personnel de santé. Nous avons le devoir de protéger ensemble celles et ceux qui nous protègent. »

Favoriser le plein emploi

« Il me semble difficile de ne pas souligner le niveau exceptionnel qui existe, autant à propos du partage d’un objectif commun que sur la détermination à surmonter la crise actuelle. Il s’agit de mieux reconstruire. A partir de là, tout devient possible. », a indiqué Guy Ryder, Directeur de l’Organisation internationale du Travail. « Alors que nous nous efforçons de remettre le monde du travail sur ses pieds, nous disposons de moyens très importants à déployer », explique Guy Ryder.

Ce Sommet mondial a été l’occasion d’aborder les différentes stratégies à mettre en œuvre pour s’attaquer aux multiples formes de vulnérabilité au sein du monde du travail qui ont été exposées au grand jour pendant la pandémie, et en particulier, aux besoins des personnes qui travaillent sans avoir accès à la protection sociale au sein de l’économie informelle. Il s’agit également de favoriser le plein emploi et l’emploi productif ainsi que des entreprises durables, de savoir comment faire de la réduction de la pauvreté, de l’égalité et de la lutte contre changement climatique des éléments essentiels du processus de relance économique. Enfin, il s’agit de définir comment la communauté internationale peut renouveler son engagement envers le Programme de développement durable 2030 de l’ONU.