Luttes sociales

Une mobilisation possible

BTP

Témoignages.re / 12 février 2009

S’inspirant de la grève générale contre la vie chère qui dure depuis plus de trois semaines en Guadeloupe, l’Union inter-professionnelle de La Réunion (UIR) CFDT - section Bâtiment et Travaux Publics a lancé le 10 février 2009 un appel aux Réunionnais pour une mobilisation. Objectif : arrêter ce qu’elle désigne comme une « destruction sociale ».

« Ce qui se passe en Guadeloupe et en Martinique doit nous interpeller, commence le conseiller juridique de la CFDT-BTP, Pierre Savigny. Les Réunionnais ne peuvent pas rester indéfiniment les bras croisés et supporter la destruction du monde du travail et social, avec son corollaire de vie chère ».

Le mouvement démarré dans les Antilles pour obtenir une baisse des prix et une augmentation des salaires pourrait donc bien atteindre La Réunion. Alors qu’un collectif s’est créé le 5 février dernier en vue de fonder « une plateforme commune de revendications », le 10 février 2009, c’est l’UIR CDFT qui prévient que « le Bâtiment pourrait être une courroie d’entraînement général, voire d’impulsion à une mobilisation interprofessionnelle forte et déterminante à La Réunion ».

Dans le BTP, la négociation salariale débute le 24 février 2009 à la Direction du Travail et de l’Emploi. « Il est clair qu’à cette occasion, nous exigerons du patronat une augmentation conséquente des rémunérations qui compense cette cherté de vie et satisfasse les travailleurs », poursuit Pierre Savigny. « En cas de réticence ou de refus de négocier une revalorisation substantielle des salaires, le CFDT-BTP se rapprochera des autres organisations syndicales et, ensemble, nous nous donnerons les moyens d’une action généralisée dans le secteur du BTP, laquelle pourrait être étendue vers d’autres secteurs. Que les responsables syndicaux et associatifs se bougent ! », conclut l’UIR CFDT.