Edito

Un exemple de besoin de personnels qualifiés

Ary Yée Chong Tchi Kan / 13 septembre 2019

Hier, nous écrivions que Yuan Longping “Le vieux scientifique chinois rêve de pouvoir partager sa variété de riz avec le monde entier. Il a déclaré que “Si 50% des rizières dans le monde étaient plantées en hybrides, la production de riz pourrait augmenter de 2 tonnes supplémentaires par hectare, ce qui permettrait d’alimenter environs 500 millions de personnes supplémentaires”.

Cette réflexion fait penser au rôle que joue les variétés de canne à sucre qui ont été “libérés” à La Réunion et qui portent la mention “R”, pour Réunion, comme par exemple le R570, la plus cultivée à La Réunion mais aussi la plus répandue dans beaucoup de pays.

Quand on connaît que la canne est à la base de 80% du volume de sucre produit dans le monde, on mesure l’importance de faire de La Réunion, un pôle d’excellence multi-tâches pour ce besoin alimentaire mondial. Songez seulement que la production mondiale de sucre attendue pour la campagne 2019-2020 s’élève à 188 millions de tonnes !

Pour obtenir une variété et des caractéristiques reconnues, il faut choisir entre des centaines de milliers de croisements, parfois en faisant venir des souches extérieures. Il faut du temps, de la patience et de l’argent. Par exemple, pour la R582 la sélection a commencé en 1990 et a nécessité 15 années de suivi.

Nous en sommes déjà au R587 caractéristique pour son fort rendement. C’est grâce à ce travail de recherche variétale que le rendement en sucre a doublé en 50 ans ou bien on a pu éliminer des maladies. Pour tout cela, le besoin de main d’oeuvre qualifiée est indéniable.

Ary YEE CHONG TCHI KAN



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Sachons raisonner scientifiquement oui mais surtout humainement.
    La proposition de ce scientifique chinois d’utiliser demain du riz "hybride" va générer deux conséquences :
    - une production plus importante en tonnes.
    - les paysans ne pourront plus avoir leurs propres semences et seront obligés d’acheter ces semences chez un grainetier qui lui imposera le prix.
    Comme jardinier de France - carte de Jardiniers de France numéro 140407 nous demandons que tout paysan puisse être maître de sa semence.Déjà dans des région entières de l’ Inde les paysans sont obligés d’aller acheter leur semence. Produire plus oui mais pas au détriment des paysans.
    En Allemagne, en France des associations de jardiniers se battent pour pouvoir vendre leurs propres graines voir échanger entre nous nos graines .La société comme Bayer nous poursuit au tribunal pour concurrence déloyale.
    Produire plus oui mais l’humaine d’abord.

    Article
    Un message, un commentaire ?