Il était une fois

Il était une fois... Cyrille Charles Auguste Bissette
« marqué aux fers rouges pour son combat anti-esclavagiste »

Témoignages.re / 27 mai 2008

Dans notre chronique du 20 mai dernier, nous avons évoqué les relations militantes entre Timagène Houat et Cyrille Charles Auguste Bissette. Bien sûr, ce dernier n’est pas quelqu’un de chez nous, mais un Martiniquais. Bien sûr, il n’est pas venu directement lutter pour l’abolition de l’esclavage à La Réunion, mais son combat a été utile pour nous aussi comme pour les peuples des vieilles colonies françaises. Ajoutons aussi qu’après l’abolition de l’esclavage, il a apporté des idées neuves quant à l’avenir de son pays.

Le fils du demi-frère de Joséphine de Beauharnais

Cyrille Bissette est un libre de couleur : son père est le demi-frère de Joséphine de Beauharnais, épouse en deuxième noce du général Bonaparte, l’homme qui rétablit l’esclavage dans les colonies françaises en 1802. Dans un premier temps, il suit une logique esclavagiste et va même, en 1822, jusqu’à participer à la répression contre des esclaves révoltés... En 1823, toutefois, il va changer d’opinion et d’engagement concernant la question de l’esclavage.

L’affaire Bissette en 1823

En effet, cette année-là, un petit livre circule sous le manteau. Son titre : "De la situation des libres de couleur aux Antilles françaises". Il s’agit, en fait, d’un pamphlet contre le système esclavagiste. Bissette est dénoncé aux autorités coloniales : sa maison est assaillie et la police y découvre plusieurs pétitions demandant l’abolition de l’esclavage. On l’arrête, après plusieurs procédures devant les tribunaux, il est interdit de séjour pendant dix ans à La Martinique. De plus, alors que la décision prise en première instance le condamnant à être marqué au fer rouge n’est pas encore définitive, on exécute le jugement : il est marqué au fer rouge et exposé sur place publique.

L’affaire Houat de 1835

Bissette n’arrête pas son combat. Il fonde en 1834, "La revue des colonies"... C’est en 1835 que l’affaire Houat éclate à La Réunion : les policiers retrouvent des exemplaires de la revue publiée par Bissette au domicile de Houat, alors que la date de publication de la revue est récente et que les communications sont difficiles entre La France et les Mascareignes. C’est aussi à Bissette que Houat, mis au secret par les autorités de la colonie, sentant qu’il court un réel danger, écrit une longue lettre, qui permet d’alerter les milieux libéraux de Paris et sans doute d’éviter le pire au Réunionnais... Banni de La Réunion et résident forcé à Paris, Timagène Houat travaille avec Bissette à l’abolition future de l’esclavage.

Nouvelle affaire Bissette - Houat en 1844

Les deux hommes font confiance à leur littérature pour combattre le système honni. C’est ainsi, qu’ils font l’expédition de livres, de brochures et de revues vers l’île anglaise de La Dominique sans doute via les colonies françaises des caraïbes.. On y trouve des exemplaires de "La revue des colonies", cent cinquante exemplaires du roman "Les marrons" de Timagène Houat et de la littérature d’un écrivain anglais, militant anti-esclavagiste. Les documents sont saisis , et ne seront pas acheminés vers leur lieu de destination, malgré les protestations des expéditeurs : il sera fait retour des ouvrages au Ministère de la Marine à Paris.

1848 : l’abolition de l’esclavage

Les journées de Février 1848 renversent la royauté de Louis-Philkippe d’Orléans et la République est proclamée. Le 27 avril 1848, Victor Schoelcher, sous-secrétaire d’État à la Marine obtient du gouvernement provisoire le décret tant attendu d’abolition de l’esclavage ? Schoelcher se rend aux Antilles pour faire entrer dans les faits ce décret. Cyrille Bissette lui aussi se rend chez lui pour se présenter aux élections. On a vu que Houat a été candidat à La Réunion contre l’ancien procureur qui l’a fait condamner mais la fraude électorale empêche l’élection de notre compatriote.

La carrière politique de Bissette

Bissette est élu, mais le tribunal, par un vrai déni de justice, annule son élection pour incapacité personnelle : un jugement de faillite a été pris contre lui, mais ce jugement a déjà été annulé. Le jugement d’annulation de son élection n’a donc pas de base légale... En 1849, Bissette change de stratégie. Il s’allie au béké Auguste Pécoul, ce qui fait hurler contre lui, une partie des libres de couleur, mais il est élu contre Schoelcher. Il propose la réconciliation des békés, des libres de couleur et des nouveaux citoyens comme alternative politique, ainsi que la renonciation à l’assimilation, plus dans la logique du programme de son adversaire Schoelcher.
Bissette, malade, doit se retirer de la vie politique et meurt en 1858 sans avoir pu vraiment jeter les bases de son projet politique. Aujourd’hui encore, il semble que ce grand Martiniquais soit mal connu de ses compatriotes et bien qu’il ait beaucoup fait pour l’abolition de l’esclavage, c’est à Schoelcher qu’on attribue la paternité de cette mesure.

G Gauvin


Lavé in foi...Cyrille Charles Auguste Bissette :

« la mark ali avèk in fèr rouz a koz li té i vanz kont lésklavaz »

Dann modékri moin la fé somèn dèrnièr, moin la anparl in pti pé koman Timagène Houat épi Cyrille Charles Auguste Bissette téi mète ansanm pou vanz kont lésklavaz... Si i rogard bien, lé vré Bissette lété pa in Rénioné, lété in moun té i sort La Martinique. Épi lé vré li la pa vni issi La Rénion pou soubate kont lésklavaz, mé son konba la rann anou sèrvis konm la rann sèrvis bann pèp l’outre-mèr fransé . Armète la-dsi kan labolision té fine fé, li la konbate pou bann z’idé nèv késtionn lavnir son péi.ala pou kossa, mi anparl dé li konm in zarboutan nout kultur.

Lo garson domi-frèr Joséphine de Beauharnais.
Cyrille Bissette laté in lib dé koulèr. Son papa lété domi-frèr Joséphine de Beauharnais, sak la marié an dézièm li avèk zénéral Bonaparte : boug-la mèm la armète lésklavaz anlèr dann bann koloni La Frans, lané 1802... In koup de tan, Bissette, la fé konm tout zésklavazist, mèm in zour lané 1822, li la tir fizi déssi bann zésklav révolté .. Lané 1823, li la shanj manièr, épi li la shanj konba déssi la késtionn lésklavaz.

Promièr afèr d’loi kont Bissette lané 1823.
Lané-la, in pé dmoun i fé pass in liv min-an-min an misoukant. Liv-la té i apèl : « La sitiasion bann lib koulèr dann bann z’antiy fransèz » ; alé oir té in vré prosé kont lésklavaz. Na dmoun la fé lo raportèr. Ala pou kossa in gran matin,, la polis la antour son kaz, la fouy partou épi la trouv in bann pétision pou domann abolir lésklavaz. Ala banna i karsèr ali épi i fé z’afèr la loi. Pou finir, la mark ali avèk fèr rouz, la obliz ali amontr sa déssi la plas piblik, épi la défann ali rotourn dann son péi pandan dizan.

Lo z’afèr d’loi déssi la bann Timagène Houat lané 1835.
.Bissette i arète pa son batay. Li mète anlèr in zournal téi apèl « la revue des colonies »..Lané 1835, tangaz i pète pou Timagène Houat épi son bann kamarad k’i vanz kont lésklavaz ; Pèrsone i koné pa koman Houat la fé pou an avoir avèk li in zournal Bissette i vienn sorti dan La Frans...La polis i karsèr ali , i mète ali dann in zol o ségré. Alors, Timagène i vien a bou ékri in lète Bissette pou ésplik ali dann danzé li lé. Bissette i sava raport sa avèk son bann kamarad épi zot i trouv in manièr pou fé tir Timagène dann sogré...Banna i égzil Timagène dann Pari. Éstèr lé dé la milite ansanm dann Pari pou labolision lésklavaz.

Lané 1844,in nouvo zafèr d’polis kont Bissette épi Houat.
Lé dé kamarad na konfians sak zot i ékri pou prépar labolision, épi pou vanz kont lésklavaz. ;Avèk in kamarad zanglé zot i désid anvoy liv La Dominique, pou fé ariv sa La Martinique , sansa La Guadeloupe. : in bonpé rovi Bissette la fé, 150 liv « les marrons » sak Timogène la ékri, épi ankor bann liv z’ot kamarad Zanglé.
La polis bato, i souk lo paké liv épi i vé pi rann. Lé dé konpèr i lès pa fèr. Malgré sa, lo bann liv i artourn La Frans dann ministèr La Marine.

1848 : labolision lésklavaz.
Lané 1848, moi d’ févriyé, bann fransé i kapote lo roi Louis-Philippe épi zot i mète La Répiblik anlèr. Lo 27 avril 1848, Victor Schoelcher, in minist gouvèrnman, i fé désid aboli lésklavaz dann bann koloni La Frans. Aprésa li sava la Martinik épi La Guadeloupe pou aplik labolision. Son koté Bissete i sava La Martinique pou fé la politik. Ni rapèl Timogène galman la artourn La Rénion pou prézant zéléksion soman lavé tro la frode épi li gingn pa : sé in prokirèr la fé kondane ali k’i gingn lo zéléksion.

Bissette dann la politik ;
Bissete i gingn lo zéléksion, soman tribinal i fé ali in krass ; i déside, li la poin la kapasité pou ète in dépité akoz li la fé faillite, mé in n’ot tribinal lavé fine kass lo zizmann faillite. Donk, lavé poinn baz légal pou anpèsh ali ète in dépité..Lané 1849, Bissette i fé l’alians avèk in béké, té i apèl Auguste Pécoul : alor,déssèrtin moun la Martinik i vir ali lo do,.Solman li ranport lo zéléksion épi li bate Schoelcher akoz lo pèp i marsh avèk li. I fo dir, li vé mète dakor tout bann moun : béké-li bann lib koulèr li, épi bann nouvo sitoiyin, sirtou li demann son bann zéléktèr dévir lo do avèk l’assimilation.

Bissette la poin lo tan pou bien amène son program. La maladi i obliz ali pran son rotrèt politik. Koméla ankor gran Martiniké-la, na poin la rokonésans son bann konpatriote, mèm si li la fé bokou pou labolision.Demoun i kroi sirtou sé Schoelcher lo papa labolision lésklavaz.

G Gauvin