Transports aériens

Seattle - La Réunion avec Air Austral

Desserte aérienne

Témoignages.re / 23 mai 2005

Depuis le jeudi 19 mai, Air Austral est officiellement en possession d’un troisième Boeing 777-200 ER. Accompagné de 40 de ses collaborateurs, Gérard Ethève, dirigeant de la compagnie régionale, est allé prendre livraison de l’appareil à Seattle (États-Unis) où se trouve le siège de Boeing. L’avion doit ensuite voler de cette ville américaine à La Réunion sans escale. Une grande première.

(Page 9)

La flotte long-courrier d’Air Austral compte un B777-200 ER de plus depuis le jeudi 19 mai. Gérard Ethève, dirigeant de la compagnie régionale, et 40 de ses collaborateurs sont allés le chercher à Seattle (États-Unis), siège de Boeing.
La "remise" de l’avion, tout frais sorti de l’immense usine Boeing, est aussi l’occasion d’une rotation totalement inédite dans les annales de l’aviation réunionnaise. Piloté par un équipage d’Air Austral, le B 777-200 ER doit rallier sans escale Seattle à La Réunion où il est attendu aujourd’hui dans l’après-midi après 19 heures 40 de vol. Une performance qui restera sans doute longtemps unique, "ou du moins jusqu’à la prochaine livraison d’un Boeing à la compagnie", selon la réflexion de l’un des membres de la délégation d’Air Austral.
Ce qui n’était pas pour déplaire à Lars Anderson, directeur des programmes chez Boeing. Jeudi 19 mai, lors du dîner officialisant la remise de l’avion, il a espéré que "cet appareil ne sera pas le seul qu’Air Austral nous achète et qu’il y aura une poursuite de nos relations". Un souhait partagé par Hamid Zeghmi, directeur des ventes à Boeing, qui s’est déclaré "ébahi par le succès d’Air Austral".
En réponse, Gérard Ethève, dirigeant d’Air Austral, s’est dit "particulièrement fier pour la compagnie de prendre livraison de cet appareil". Il a ensuite remercié Boeing et ILFC "pour la confiance qu’ils ont toujours témoignés à Air Austral". Il faut en effet savoir, qu’une majorité de compagnies aériennes n’achètent pas directement leurs avions. L’acquisition d’un nouvel appareil est en fait une transaction entre le constructeur, Boeing en l’occurrence, la compagnie et ILFC (International Leasing and Financial company). C’est cet organisme qui achète l’avion et qui le loue ensuite à la compagnie. Cette dernière, outre le montant de la location, prend en charge tous les frais d’assurance, d’entretien, de maintenance etc.
Doté de toutes les dernières innovations technologiques et spécialement configuré par Boeing aux normes d’Air Austral en termes de confort, d’espacement des fauteuils etc, l’appareil sera affecté à la nouvelle rotation Réunion-Comores-Marseille effective dès la mi-juin. Les deux autres "gros porteurs", également des B 777, restent affectés à la rotation quotidienne Réunion-Paris.