Santé vie pratique

La mobilisation continue pour soutenir les malades

Après la journée pour le don de moelle osseuse au Port

Témoignages.re / 19 mai 2009

Une journée d’information et de solidarité pour le don de moelle osseuse a été organisée le 28 avril dernier à la Mairie annexe de la ZUP du Port par l’association Réunion Moelle Espoir, dont la présidente est Claudette Vaïtilingom. "Témoignages" a proposé à la docteure Corine Ricard, qui participe régulièrement à ces actions, de faire le bilan de cette journée.

La docteure Corine Ricard dirige le laboratoire de groupage tissulaire et le centre des donneurs de moelle de La Réunion, tous deux situés au CHR Félix Guyon. Elle remercie chaleureusement toutes les personnes qui se sont présentées le mardi 28 avril à la journée pour le don de moelle osseuse au Port.
Ces personnes se sont déplacées pour s’informer tout d’abord sur cette action de solidarité mais aussi pour aller plus loin dans la démarche de donneur bénévole de moelle osseuse. Voici le bilan de cette journée qu’elle nous prie de vous transmettre :
« Le bilan de la journée du 28 avril à la Mairie annexe de la ZUP du Port est de 33 candidats potentiels au don de moelle accueillis, et de 21 candidatures retenues. C’est grosso modo 10% du quota de donneurs que nous demande d’inscrire l’Agence de Biomédecine pour l’année 2009, soit 245.
Les personnes qui n’ont pas été retenues pour des raisons médicales (contre-indications à l’anesthésie générale : surpoids, hypertension, allergies graves) ont pu s’informer sur le don de moelle et vont retransmettre un message correct.
On s’inscrit comme donneur potentiel de 18 à 50 ans et, si on est en excellente santé, on n’est prélevé que si l’on est compatible à 100% avec un malade : on prélève de la moelle osseuse (les cellules qui sont au centre de nos os fabriquent notre sang) et pas de la moelle épinière. Ce prélèvement peut se faire par piqûre sous anesthésie générale, au niveau des os du bassin.
Il existe une deuxième possibilité, par prise de sang, de la même façon que pour un don de sang ; cela se fait grâce à une machine qui filtre le sang et on ne garde que les cellules de la moelle osseuse. On restitue les autres cellules au donneur. Ce type de prélèvement ne nécessite pas d’anesthésie générale, mais suppose l’injection de médicaments destinés à faire passer une partie des cellules de la moelle mosseuse de l’os vers le sang.
La mobilisation continue et toutes les candidatures seront reçues avec plaisir au 02.62.90.68.68.
Le Centre des donneurs de moelle osseuse de La Réunion organisera de nouvelles actions au cours de la semaine nationale du don de moelle osseuse. Cette semaine est prévue cette année du 14 au 20 septembre ».


Un enfant sauvé grâce au don de moelle osseuse

Daniel Périanagom est le père du petit Alexandre, âgé de 5 ans, qui a êté greffé de la moelle osseuse de son grand frère Émerick, âgé de 8 ans.
C’est à deux ans et demi qu’Alexandre a présenté les premiers signes de la leucémie. Il venait d’avoir le chikungunya et présentait des hématomes dès qu’il se cognait. Les parents, inquiets, ont consulté un médecin et ont très vite été informés de la gravité de son état : la moelle osseuse avait cessé de fonctionner et ne fabriquait plus de plaquettes, éléments importants de la coagulation du sang.
La chimiothérapie peut aider à patienter quelque temps, mais c’est la greffe de moelle qui va vraiment pouvoir être l’élément essentiel de la guérison. Alexandre a un frère et les examens complémentaires confirment qu’il est compatible avec son frère : il a le même capital génétique, c’est-à-dire les dix points de convergence du groupe tissulaire, il peut dont être le donneur de moelle osseuse de son petit frère.
Toute la famille se rend à Marseille pour cette greffe et ils restent 3 mois et demi dans cette région, où ils n’ont aucune famille. Ils sont bien reçus car des personnes du monde entier sont régulièrement accueillies dans ce centre d’accueil pour familles de personnes greffées.
Bien entendu, Daniel Périanagom a dû se battre pour trouver les financements, frapper aux bonnes portes pour obtenir de l’aide. Son jeune garçon est guéri, les deux frères vont très bien depuis 2006, date de la greffe.
L’association Réunion Moelle Espoir soutient et aide les familles des malades d’un point de vue psychologique, pour les écouter, leur apporter son expérience, pour trouver des financements si une greffe doit être faite et nécessite la présence de la famille. Une aide aussi pour remplir les nombreux papiers nécessaires.
A La Réunion, une quarantaine de personnes souffrant de leucémie sont détectées chaque année. La moitié trouve une compatibilité avec un membre de leur entourage. Les 20 restants font appel à des donneurs bénévoles sur le fichier réunionnais et international.