Culture et identité

Il y a 165 ans, les premiers Chinois arrivèrent à La Réunion

Témoignages.re / 14 avril 2009

L’histoire commune de la Chine et de La Réunion débute officiellement un certain 13 avril 1844. Un groupe de 54 travailleurs chinois débarque en rade de Saint-Paul. Qui étaient-ils ? Engagés comme laboureurs. L’histoire n’a rien retenu de plus d’eux, il est cependant permis de supposer que, précédemment, d’autres fils de l’Empire du Milieu sont venus dans les Mascareignes et à Bourbon en particulier, dans les bagages de missionnaires ou de grands voyageurs de commerce qui y faisaient escale sur la route du retour pour l’Europe, puisque celle-ci et en particulier la France entretenait depuis plusieurs siècles des relations commerciales avec la Chine…
Bref, à la mi-1846, les fils du Ciel sont 458, quand le gouverneur arrête l’importation d’engagés chinois. Plus tard, en 1862, il autorise l’immigration de passagers libres d’engagement et leur accorde des permis de séjour renouvelables. Ils s’installent comme boutiquiers.

Sulliman Issop a raison d’écrire :
« Depuis toujours, la Chine fascine, la Chine inquiète aussi. Où va la Chine ? Que se passe-t-il en Chine aujourd’hui ? Beaucoup veulent aller voir.
Et voilà que cet immense pays en pleine mutation et le plus peuplé de la planète (un quart de l’humanité) entre dans la cour très fermée des conquérants de l’espace par la grande porte. La fierté nationale du taïkonaute Yang Liwei fait également celle de la communauté chinoise de notre île.
La Chine s’offre désormais sans complexe aux regards des étrangers. Selon l’Office du Tourisme, à l’heure où le tourisme mondial affiche un nouveau visage, malgré la conjoncture difficile et le ralentissement économique, la Chine sera bientôt la première destination mondiale, avec 130 millions de visiteurs. Tandis que 100 millions de Chinois devraient sillonner le monde.
« Faut-il avoir peur de la Chine, “dragon” colossal ? », s’interroge Jean-Pierre Chevènement. C’est une crainte qui se répand comme une traînée de poudre dans les vieux pays industriels : la Chine s’impose comme… l’"atelier du monde" : elle exporte désormais plus que la France, et ses exportations progressent encore plus vite que son produit national, qui a lui-même doublé de 1990 à 2000, et doit encore quadrupler d’ici à 2020, selon les prévisions des autorités chinoises.
« Cette crainte des vieux pays industriels, nous devons cependant la dominer, non seulement parce que le marché chinois s’ouvrira de plus en plus mais parce que les règles du jeu de la mondialisation sont des règles politiques, qui évolueront inévitablement. (…) Une Chine forte est nécessaire à l’équilibre du monde », répond Chevènement.
Une chose est sûre : la Chine s’est éveillée et ne retombera pas dans son ancien sommeil. Et, située sur la ligne maritime entre la Chine et l’Europe, La Réunion — de par sa position de tête de pont de la France dans l’océan Indien — est toute désignée comme porte d’entrée pour capter une partie des flux commerciaux et industriels.

En marge du récent engouement des hommes d’affaires et politiciens pour l’Empire du Milieu, force est de constater que certaines valeurs traditionnelles et ancestrales se perdent, quoique à un certain niveau, on note également un retour vers elles. La famille et le respect des ancêtres, le dur labeur, les fêtes culturelles et autres célébrations, les arts et la médecine traditionnelle se définissent comme des aspects essentiels de la culture chinoise… »

Et la perte de ces valeurs est attribuée tant au système éducatif qu’à l’influence de la télévision et autres médias, ainsi que de l’informatique, avec pour conséquence que les jeunes ne consacrent plus de temps à ces activités faisant partie intégrante de la culture chinoise.

Nous avons édité le livre d’un boutiquier, “Mémoire de Chine”. Ce livre permet de réveiller les consciences de nos compatriotes sur l’apport de la Chine à La Réunion.
Le boutiquier qui a écrit ce livre s’est adonné à sa grande passion, l’écriture et la calligraphie. Avec persévérance. Il a laissé “La grande voie”, que sa famille considère un peu comme ses mémoires. Aujourd’hui qu’il n’est plus, le G.R.A.H.TER est heureux d’avoir publier ce livre, comme un devoir de mémoire.

Marc Kichenapanaïdou
Président du G.R.A.H.TER
(Groupe de Recherches sur l’Archéologie
Et l’Histoire de la TErre Réunionnaise)



Un message, un commentaire ?



Messages






  • Bjour mesdames, Messieurs !
    Je suis trés interessée par l’arrivée des pPREMIERS CHINOIS dans notre île. Je serais trés heureuse d’avoir des renseignements liés à cette photo, ce nom inscrit sous la photo.. Pourquoi ?
    J’ai de sorigines chinoises et je n’ai preque rien sur mes ancêtres qui ont débarqué à la fin du 19è siècle ches nous.
    Nous ont-t-ils recherchés, mes soeurs, mes cousins ?
    Je compte sur votre compréhension.
    Avec mes remerciements et mes cordiales salutations.

    BB

    Article
    Un message, un commentaire ?