Environnement

Le Port renforce son action pour la préservation des pétrels

Convention avec la SEOR

Témoignages.re / 12 avril 2008

Sauver nos oiseaux marins endémiques, en particulier les pétrels de Barau : la ville du Port s’y engage. La municipalité a signé une convention avec la SEOR pour lutter contre la pollution lumineuse et sensibiliser les Portois à la protection de l’avifaune.

Une fois de plus, le Port montre l’exemple en matière de développement durable. La municipalité vient de signer une convention avec la SEOR (Société d’Études Ornithologiques de La Réunion) pour la sauvegarde des pétrels. Ces oiseaux endémiques de l’île sont menacés de disparition, notamment à cause de la pollution lumineuse qui désoriente les jeunes au moment de leur premier envol. Du haut du Piton des Neiges, du Grand Bénare ou du Gros Morne, la première traversée de l’île vers l’océan s’avère semée d’embûches pour les Pétrels de Barau. Pour eux qui n’ont jamais vu la mer, les sources lumineuses du littoral agissent telle une barrière. Attirés comme des papillons de nuit par la lumière, ils s’échouent, et sont incapables de repartir. Ils meurent de faim ou deviennent des proies pour les chiens et chats.
Pour éviter l’hécatombe, il suffit que la société prenne ses responsabilités. A commencer par les élus. Au Port, c’est chose faite. En 2004, le Conseil Municipal s’était engagé à suivre un plan de lutte contre la pollution lumineuse dans le cadre d’une charte établie par la SEOR. Cette année, ce plan est renforcé par une convention. La SEOR et le Port s’associent pour le sauvetage des oiseaux recueillis, et pour des actions de sensibilisation auprès des scolaires, des associations sportives, du grand public. La ville du Port accorde une subvention de 5.250 euros à la SEOR pour son action de sauvetage des oiseaux sur le territoire communal, ainsi que 11.795 euros de contribution pour le programme annuel.
La première mission de la SEOR consiste à informer la population portoise de la démarche à adopter lorsqu’un oiseau est trouvé. Une fois l’oiseau placé dans une boîte en carton (avec des trous pour respirer !), il suffit de le déposer dans un relais de la ville, généralement les pompiers, la gendarmerie ou encore la mairie. Les bénévoles de la SEOR se chargent de récupérer les oiseaux pour les baguer, les soigner si nécessaire et les relâcher.
La seconde mission concerne les actions pédagogiques et de sensibilisation de la population. Pour les enfants et les associations sportives, la SEOR va apporter une connaissance des oiseaux de l’île, en particulier les pétrels, et expliquer les causes des échouages. Pour la population, 6 sorties seront organisées chaque année afin de découvrir les oiseaux dans leur habitat naturel et le journal communal sera un relais d’information pour les conseils de protection des oiseaux. Les entreprises n’échapperont pas à ces actions de sensibilisation. Des documents leurs présenteront les solutions pour réduire les éclairages.
L’année dernière, la SEOR a pu sauver 1.341 pétrels et puffins sur un total de 1.629 récupérés. Les quatre espèces d’oiseaux marins endémiques de la Réunion ont chacune leur période d’envol. De décembre à janvier pour le puffin de Baillon qui vit dans les ravines, en mars pour le rarissime Pétrel Noir. Pour les pétrels de Barau, la campagne de sauvetage est en cours jusqu’à début mai. 40 à 60% des jeunes pétrels de Barau s’échouent chaque année alors que la population n’est estimée qu’à 3.000 couples. Les initiatives des municipalités sont essentielles pour éviter la disparition de ces oiseaux d’ici une dizaine d’années.

Edith Poulbassia

Contact SEOR : 02 62 20 46 65